Bittorrent, c’est quoi au juste ? De quoi on parle ?

Introduction

Aujourd’hui tout le monde ou presque a déjà entendu parler de Bittorrent ou encore de utorrent et de manière plus générale des torrents.

Mais peu sont en mesure de vous expliquer clairement de quoi il s’agit. Et si vous avez commencé à lire cet article c’est que vous-même vous avez des doutes, des questions, des incertitudes.

C’est bien pour répondre à toutes vos interrogations sr le sujet que nous avons décidé de rédiger ce petit guide sur Bittorrent.

Petit guide certes mais il se veut complet et surtout facile à comprendre pour être accessible vraiment à tous.

Même ceux pour qui l’informatique, les logiciels, les programmes et autres termes sonnent comme de mots barbares.

L’objectif de cet article consiste donc à répondre à la question fondamentale : Bittorrent c’est quoi ? Mais d’aller aussi un peu plus loin.

Vous expliquer les termes principaux du « torrenting », vous apprendre les indispensables pour télécharger un torrent, etc.
Ça vous tente ? C’est parti !

Bittorent, c’est quoi ?

Ce qui porte souvent à confusion, c’est que Bittorrent, en réalité fait référence à plusieurs choses !

Alors surtout pas de panique, les termes techniques indispensables pour comprendre les concepts de bases, je vous les explique après.

  • Donc, Bittorrent c’est un protocole de communication, de transferts et de partage de données de pair à pair ou d’égal à égal.
  • Bittorrent c’est aussi le logiciel géré et commercialisé par l’entreprise BitTorrent,Inc. Logiciel qui permet de communiquer, transférer, partager des fichiers.
  • BitTorrent,Inc. est donc la société qui commercialise le logiciel qui utilise le protocole du même nom.
  • Enfin, BiTorrent est employé par certains de manière générique pour faire référence à un autre « client torrent » comme utorrent, Vuze, Transmission…

Maintenant voici les explications.

Le concept de base : explications

Dans la majorité des cas, le transfert de données se fait de manière centralisée, rectiligne.

L’information est détenue par un seul serveur, une seule source. Plus l’information est demandée, plus le serveur risque de saturer, une file d’attente virtuelle se met en place, c’est lent et bien d’autres inconvénients s’ajoutent encore.


Avec le protocole Bittorrent, autrement dit la manière bittorrent, c’est bien différent. L’information est partagée d’égal à égal.

C’est-à-dire que tout le monde peut devenir une source. Mieux encore, il n’est pas nécessaire que toute l’information soit téléchargée (récupérée) pour être partagée avec les autres.

L’information est en effet découpée en petits morceaux, le hachage, et chaque petit morceau peut-être partagé.

Donc plus il y a de personnes qui veulent l’information plus cette dernière est disponible car les sources se multiplient.

Enfin, pour pouvoir récupérer et partager l’information, vous avez besoin d’un « client torrent » autrement dit un logiciel à installer sur votre ordinateur.

Ce logiciel pourra ainsi aller récupérer l’information chez les ordinateurs des autres utilisateurs du protocole et inversement.

C’est le client Bittorent (ou autres) qui fait tout le boulot : récupère, ordonne, classe etc. pour qu’au final l’information dans son intégralité soit disponible.

Depuis le début je vous parle d’information mais il s’agit en réalité d’un fichier. Un fichier torrent.

Comme vous pouvez avoir des fichiers .zip à décompresser par exemple, des fichier PDF, etc…

Et ce fichier torrent et bien ça peut être n’importe quoi : films, musique, vidéos, e-books, jeux, applications etc.

Le vocabulaire « indispensable »

Et oui, ce n’est pas forcément une partie de plaisir, mais c’est comme tout, si on veut vraiment comprendre un sujet, il y a pratiquement toujours un jargon à assimiler.

Vous avez déjà acquis quelques notions. Récapitulons et allons un peu plus loin.

Protocole P2P : C’est souvent comme cela que vous le trouverez écrit, de l’anglais « peer-to-peer ».

Autrement dit de pair à pair, d’égal à égal. Comme je vous l’expliquais brièvement, c’est le protocole utilisé pour partager les fichiers torrents.

Tout le monde peut devenir une source. Le partage de données est par conséquent très rapide, pas de centralisation de l’information, censure difficile sont quelques-uns des nombreux avantages de ce protocole

Client torrent : c’est le logiciel à installer sur votre ordinateur afin de récupérer l’information chez les autres utilisateurs.

Il peut donc s’agir de Bittorrent ou de uttorrent ou encore de Vuze, Transmission, qBittorrent, etc. il en existe de nombreux aujourd’hui.

Souvent conçus pour répondre à un dispositif ou système d’exploitation spécifique : sur un smartphone, sous Mac, Linux, etc.

Torrent : nom et extension donné aux fichiers distribués via le protocole P2P. Comme je vous le disais, ces fichiers peuvent être tout et n’importe quoi : films, musique, jeux…

Seeder : cette notion vous ne la connaissez pas encore. En réalité, un seeder (ou semence) est la personne qui partage un fichier torrent, donc qui upload (met en ligne) un fichier.

Peers : presque pareil qu’un seeder, la différence c’est qu’un peers ne possède pas forcément l’intégralité du fichier. Il ne peut donc qu’en partager une partie.

Leecher : un leecher, (sangsue), c’est l’inverse. C’est la personne qui télécharge un fichier, qui download un fichier.

Tracker : pour faire simple c’est un site qui propose des liens torrents. Concrètement un site qui va vous permettre de télécharger vos films, musique, etc. (c’est pas exactement ça mais bon…).

Il en existe de trois types. Les sites publics : inscription libre et gratuite. Les site semi-privé : inscription nécessaire mais elle reste libre et gratuite.

Les site privés : accessibles sur invitation d’un autre membre ou ouverture des inscriptions par le staff.

Ratio : dernière notion importante à mon avis. Pour que tout fonctionne à merveille, certains trackers torrents (et le principe même du P2P) mettent en place un système de ratio.

En effet, en théorie pour que le système fonctionne bien l’utilisateur devrait partager au moins autant de contenu qu’il télécharge, donc avoir un ratio de 1.1.

Certains sites, surtout les sites privés ou semi-privés mettent ainsi en place un système de ratio.

C’est-à-dire que si l’utilisateur n’a pas un ratio d’au moins de 1.1 (certains sites pratiquent encore un ratio de 0,75) il ne pourra pas télécharger d’autres torrents avant d’avoir fait remonter son ratio.

Diverses techniques existent pour remonter son ratio, en voici 2 : acheter du ratio au staff du site sous forme de don ou mettre en ligne des torrents tendance ou prisé et attendre qu’ils soient téléchargés par les autres utilisateurs.

Les systèmes de ratio ont été mis en place pour éviter les « profiteurs », ceux qui ne font que télécharger et ne partagent rien.

Bien comprendre les torrents, suite

Toutes les notions que je vous ai expliquées vous permettent de comprendre la base, le concept, la théorie de bittorent, mais parfois dans les faits, ça se complique encore…

Prenons les vidéos par exemple : vous y comprenez quelques choses à toutes ces lettres et chiffres qui suivent le titre de votre film ? Comment choisir tel ou tel fichiers. Celui-ci plutôt qu’un autre ? Voici un petit résumé de ce que vous devez avoir à l’esprit.

La règle d’or : s’il existe plusieurs fichiers, par exemple plusieurs versions du même film, plus le fichier est lourd plus la qualité d’image sera bonne.

Donc plus il y a de Mo mais surtout de Go (par exemple pour les films en BluRay) plus la qualité de votre film sera bonne.

Voici les principaux formats de vidéos disponibles aujourd’hui.

CAM ou TS : ce sont des vidéos faites à partir de caméra qui filment dans une salle de cinéma, la qualité est donc généralement vraiment médiocre, à éviter.
DVDRip : enregistrement obtenu à partir d’un DVD. La qualité est donc très bonne.
HDRip : enregistrement obtenu à partir d’un contenu en Haute Définition (HD). La qualité est donc très très bonne.
BRRip : enregistrement obtenu à partir d’un Blu Ray. La qualité est donc excellente.
720p : vidéo HD avec une résolution de 1280×720. C’est donc là encore une excellente qualité.
1080p : vidéo HD avec résolution 1920×1080. Comme vous pouvez l’imaginer si vous avez compris le principe la qualité d’image est vraiment mais alors vraiment excellente.

Donc en regardant ces extensions, vous savez déjà de quoi il en retourne, du moins du côté de l’image. Il existe en effet d’autres extensions qui peuvent être interessant de connaître. En voici quelques-unes :

VOST : Version Originale Sous-titrée donc dans la langue originale du film.
VOSTFR : Version Originale Sous-titrée en Français.
TRUEFRENCH : Vidéo en Français de France.
SUBFORCED ou encore HARDSUB : sous-titres disponibles pour les parties en langue étrangère.
La encore, d’autres extensions peuvent exister mais à mon avis cela ne sert pas à grand-chose de toutes les décrire ici, ça ne ferait que vous effrayer (si ce n’est déjà fait…)

Le problème de la légalité

C’est une question récurrente et il faut bien reconnaître que le téléchargement de torrent est systématiquement ou presque associé au piratage, c’est-à-dire au téléchargement illégal.

Mais en réalité le téléchargement de données via le protocole peer-to-peer n’est pas du tout illégal.

Ce qui peut l’être c’est le contenu qui est mis en partage. Ainsi, suivant les législations le téléchargement d’œuvres protégées par le droit d’auteur est considéré comme illégal, que ce téléchargement soit fait via bittorrent ou non d’ailleurs.

Cela veut donc dire que tout dépend de la législation en vigueur. Cela veut aussi dire que tout dépend du contenu téléchargé. Il existe de nombreux films, vidéos, livres, applications, etc. libre de droit ou sous licence de partage justement.

C’est donc à l’utilisateur et à l’utilisateur lui seul d’être responsable de ce qu’il télécharge ou non.

Mais comme il n’est pas toujours facile de savoir ce qui est autorisé ou non, que votre vie privée est espionnée en permanence sur la toile et que les gendarmes du net guettent, il peut-être parfois prudent de prendre quelques précautions.

La meilleure d’entre elle consiste sans aucun doute à utiliser un VPN comme Cyberghost, NordVPN ou VyprVPN.

Alors les gendarmes du net en question ils sont nombreux. En France le plus « officiel » dans le sens institutionnel, c’est Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet ).

On pourrait rajouter l’Alpa (Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle), la SACEM ( Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), la SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques) et bien d’autres encore.

Et que fait tout ce beau monde là ? Et bien ils vous surveillent bien sûr ! Comment ? Notamment grâce à votre adresse IP !

Et vous vous dites : « c’est quoi ce machin, cette histoire d’adresse IP ? » En réalité l’adresse IP est une suite de chiffres qui permet d’identifier les sites sur internet mais aussi les internautes.

L’adresse IP est indispensable pour identifier votre ordinateur sur le réseau ou les sites eux-mêmes. Indispensable pour que l’information que vous demandez ou que vous recevez soit la bonne.

Par exemple, comment le torrent voulu arrive sur votre ordinateur et pas chez celui de votre voisin… Vous avez compris grâce etre autre élément à votre adresse IP qui permet d’identifier votre ordinateur ou pour mieux dire votre connexion internet.

Et donc le cas échéant vous identifier. En effet, c’est votre FAI (pardon : Fournisseur d’Accès à Internet, donc Bouygues, Orange, Free, etc.) qui vous attribue cette adresse IP.

Or votre FAI possède toutes les informations nécessaires à votre identification pour que vous puissiez souscrire à un abonnement.

Et voilà, la boucle est bouclée : une société mandatée par Hadopi surveille la toile à la recherche des pirates.

Pris en flagrant délit de téléchargement illégal, l’adresse IP est envoyée au FAI. Ce dernier doit alors transmettre l’identification du pirate à Hadopi.

Le flic du net vous inflige un avertissement ou bien plus en cas de récidive. Mais surtout, vous êtes fichés !

Et donc un VPN, ça sert à quoi ? A vous fournir une autre adresse IP tout simplement. Grâce à Cyberghost, NordVPN ou VyprVPN, l’adresse que votre FAI vous a attribuée est substituée par une adresse fournie par l’un des serveurs de votre VPN.

Vous êtes virtuellement n’importe où (ce qui confère d’ailleurs de nombreux avantages…).

Et dans notre cas, ce qui est surtout intéressant, une navigation anonyme. Hadopi & Co. ne pourra plus vous identifier.

Votre FAI ne pourra même pas contrôler ce que vous faites sur la toile. Plus personne.
Bref vous êtes anonyme, libre et en sécurité

Résumé sur Bittorrent

Voilà, je crois et espère avoir répondu à votre question : Bittorrent c’est quoi ? Vous savez désormais ce que c’est.

Vous avez appris et j’espère compris le concept de base mais aussi le fonctionnement.

Vous savez donc que pour pouvoir télécharger un torrent, vous devez premièrement et impérativement télécharger puis installer un client torrent comme Bittorrent.

Vous devrez ensuite vous rendre sur un site de torrents pour y télécharger un lien torrent afin que votre client torrent prenne le relais.

C’est-à-dire qu’il aille récupérer toutes les parties de votre fichier, les rassemble, etc…

Et puis vous n’avez qu’à attendre, quelques minutes suffisent généralement, pour obtenir votre contenu.

Enfin, vous avez pris conscience que dans certains pays le téléchargement peut être considéré comme illégal.

Vous devez donc savoir ce que vous téléchargez. Si vous le souhaitez vous savez aussi comment protéger votre vie privée sur la toile, grâce à un VPN.

En espérant que ce petit guide vous aura été utile…